Ancien Hôpital

Histoire de l'Hôpital Royal de Châtillon-sur-Chalaronne

Aujourd’hui Centre Culturel, les bâtiments de l’Ancien Hôpital de Châtillon-sur-Chalaronne invitent à la visite et à la découverte de la vie hospitalière au XVIIIème siècle. Plongez-vous dans l’histoire !

En 1273, la charte de franchise de la Ville cite la présence d’un hôpital. Il s’agit a priori d’un bâtiment modeste, dont on conserve peu de traces avant la reconstruction au XVIIIème siècle : une pierre gravée rappelant la générosité d’Amédée VIII, Duc de Savoie, en 1432 ; une tour des remparts remployée en chapelle…

Un comte finance la reconstruction de l’hôpital au XVIIIème siècle !

En effet, grâce au soutien financier du Comte du Châtelard, de nouveaux bâtiments sortent de terre. Une première phase est inaugurée en 1732 (côté salle des malades des hommes), une seconde l’est en 1789. L’hôpital se développe désormais autour de la chapelle - ancienne tour des remparts. A l’époque de son fonctionnement, les Sœurs de Sainte Marthe prodiguent les soins aux patients.

Après l’hôpital...

Le bâtiment conserve une bonne partie de ses constructions du XVIIIème siècle. Quelques aménagements au XXème siècle permettent de transformer l’hôpital en maison de retraite. Enfin, la création d’un nouvel Hôpital, en 1979, entraîne la désaffectation des bâtiments ; la vie du Centre Culturel commence…

Le patrimoine hospitalier

Sans présenter dans l’intégralité le patrimoine de l’Ancien Hôpital, voici quelques éléments qui méritent le détour…

Jardin de Simples arrière de l'Ancien Hôpital

Grille en fer forgée classée MH

Poignée d'un pot d'apothicairerie

Statue dans la chapelle

Chapelle

Elle conserve son mobilier religieux ; les grilles en fer forgé, qui donnent de part et d’autre sur les salles des malades, datent de 1765 et de 1813.

Les salles des malades

Aujourd’hui désaffectées et dépourvues de leur mobilier, elles conservent leurs splendides plafonds à la française et leurs baies couvertes d’un arc en plein centre.

La cour

Un jardin de plantes médicinales présente des essences que les Sœurs utilisaient comme remède : l’arnica, la consoude, l’achillée mille feuille ou la lavande officinale…

Les Jardins de l’Hôpital

En arrière des bâtiments, côté jardin, plusieurs sections complètent le jardin de plantes médicinales : l’herbularium, le rosarium, le préau, l’orangerie…

La chapelle

Apothicairerie

L'ancienne pharmacie de l’hôpital date en grande partie de 1814 et est restée dans son jus : mortiers et pilons en bronze et mobilier en étain côtoient les 120 pots en faïence de Meillonnas, d’origine, alignés dans les niches en boiserie. Cette apothicairerie est unique en France car la collection de pots a été réalisée en une fois et est toujours complète.

Vous êtes entouré de remèdes tels que l'Elixir de longue vie, le Chocolat de santé ou encore le Vinaigre des quatre voleurs. On y découvre également, grâce au don de M. et Mme Kroëly, pharmaciens à Châtillon, quelques appareils qui servaient à préparer les cachets ou les pilules.

L'apothicairerie

Le pot d’apothicairerie

En 1814, l’Abbé Robin commande 120 pots d’apothicaire de forme atypique à la faïencerie de Meillonnas ainsi que les boiseries en chêne pour les ranger. Le tout est un ensemble exceptionnel fait sur mesure pour l’Apothicairerie de Châtillon-sur-Chalaronne.

Chaque pot contenait une préparation en poudre : chocolat de santé, vitriol bleu, serpentaire de Virginie…

 

Les pots de Châtillon

Le pot de Châtillon est tourné. Il se compose d’un corps (l’espace creux contenant la poudre), un piédouche (le pied), deux mascarons (petits masques moulés, de part et d’autre du pot, servant notamment à le tenir) et comporte un couvercle.

 

Le décor

Le décor est peint à la main. Il représente deux branches végétales composées de tilleul, nouées à la base par un nœud "Louis XVI". La religion est évoquée par l’œil  de dieu représenté dans le triangle de la Trinité.

Des recettes sur les couvercles !

De nombreux couvercles comportent encore de courtes recettes écrites à la main, sur une étiquette !

Tisanerie

En face du grand meuble à tisanes, le Triptyque de la Lamentation fascine autant qu’il interroge. Ce tableau, peint en 1527, présente la Passion, la Déploration et la Résurrection du Christ. Les guides du Musée vous aideront à percer le mystère du superbe cadre peint orné d’étranges symboles liés à la fabrication du cuir : les donateurs, de part et d’autre du panneau central, seraient les Blanchard, riches négociants en cuir.

Triptyque de la Lamentation

Jardin de plantes médicinales

Nous perpétuons un savoir-faire ancestral en préservant et développant notre jardin de plantes médicinales, notre potager et notre verger. Au XVIIIème siècle l'Ancien Hôpital pouvait fonctionner en autarcie et les plantes médicinales alimentaient l'apothicairerie et la tisanerie. Aujourd'hui nous les utilisons de manière pédagogique et gourmande dans l'élaboration et dégustation de recette.

Le jardin

© 2018 by Eolia Dang Van Thuyen wix.com

  • Instagram
  • Facebook - White Circle
  • logo-CsC-01 (1)
  • Trip Advisor social Icône
  • accessible-net-logo
  • likibu
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now